Bruxelles : Les Marolles : Un peu d’histoire….

Alimentation : Les fibres
14 avril 2011
Balade en Hesbaye
19 avril 2011

Quartier de +/- 12.000 habitants il reste le + populaire et le + représentatif du vieux Bruxelles. Les Marolles offrent encore un éventail très complet de toutes les activités que comporte la vie urbaine.

Un projet technocratique, résultant de la raideur administrative, de l’esprit de lucre des promoteurs et de l’idéologie hygiéniste, a tenté, à l’époque, de faire de la ville une cité économiquement rentable jusqu’au dernier m2, une cité contrôlable jusque dans les moindres recoins. Ce funeste projet aurait éliminé toute forme de vie sociale naturelle.

Dans les années 60, les habitants ont réagi à la destruction de leur patrimoine en s’organisant en Comités de défense; c’est ainsi que Bruxelles devint la ville aux 100 Comités de quartier. Les Marolles furent à la pointe du mouvement contestataire et c’est à la Marolle, au mois d’août 1969, qu’a éclaté la + gde colère (Bataille de la Marolle).

La virulence marollienne n’est pas le fruit du hasard, c’est le résultat d’une longue tradition de lutte contre l’oppression et l’injustice et d’un extraordinaire épanouissement de la vie associative du quartier. Les associations qui ont leur siège social dans les Marolles se comptent par dizaines. (locataires,sportifs,créatifs,personnes du 3ème âge,écoles de devoirs,commerçants,jeunes,folkloriques)

Le nombre varie d’une année à l’autre, mais il s’agit d’un chiffre énorme par rapport au nombre d’habitants. Par ces rencontres diverses entre Marolliens et amis de l’extérieur, le quartier s’est ouvert à l’accueil et à la tolérance.

En 1974, des négociations furent entamées entre les pouvoirs publics et les habitants de la Marolle avec comme résultat : une opération pilote de rénovation.

En même temps, fut créé une commission consultative, la “Commission des Marolles”, le C.G.A.M, dans le but de préserver l’habitat et l’environnement de toutes les Marolles. Cette commission est habituellement présidée par l’Echevin de l’Urbanisme de la Ville de Bruxelles.

Le périmètre couvre 52 hectares, répartis en 6 gdes unités de voisinage :

1/ Le Vieux-Marché, au centre comme point fort.

2/ La Marolle proprement dite avec son triangle “chaud” entre la rue aux Laines, la rue de Montserrat et la rue de la Prévoyance.

3/ La Sama, autour de la rue de la Samaritaine.

4/ Les Brigittines, qui ont été fort dévastées par l’urbanisme moderne.

5/ La Querelle, qui a été complètement transformée par des buildings de logements sociaux.

6/ Les Radis, célèbres pendant la dernière guerre, mais qui ont aussi, malheureusement, été défigurés par un souffle d’hygiénisme peu heureux.

Source : Cercle d’histoire des Marolles

Marolles.jpg

 

 

 

4 Comments

  1. Mousse dit :

    Bonjour ma belle,
    Je connais, j’adore ce quartier qui reste encore très bruxellois et on parle encore avec l’accent, pour mon plus grand plaisir une fois !
    Bruxelles est belle, je l’adore.
    Chaque dimanche, c’est du bonheur, il y a toujours du nouveau.
    Ce n’est pas loin du Sablon.
    C’est un plaisir de visiter les antiquaires et rêver…
    De passer prendre un gâteau de chez Wittamer ou son chocolat.
    Il y a de belles choses à voir.
    Bon dimanche, doux bisous.

  2. Mousse dit :

    Avec un peu de retard, je te souhaite une bonne semaine.
    Bisous.

  3. Mousse dit :

    Je passe te souhaiter une bonne journée.
    Il fait merveilleux, ce sera le week-end compris.
    On peut sortir les bermudas.
    Bisous.

  4. Christiane dit :

    Le commentaire de Mousse, très chouette, il me semble que c’est moi qui l’ai rédigé!!!!Le Sablon, Wittamer, les Antiquaires, les Marolles, les Galeries de la Reine,la Monnaie, etc…c’est aussi mon fief!!!j’adore ces quartiers où je me replonge presque chaque semaine, étant bruxelloise et habitant en Brabant wallon, je ne peux m’en passer, avec toute ma sympathie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *