Santé : De mauvaises habitudes
17 août 2011
Cuisine : Cuisiner sainement
22 août 2011

Nous perdons de grandes quantités d’eau sous l’effet de la transpiration.

Boire beaucoup est encore + nécessaire pour certains malades ( goutte, calcul rénal, etc… ) qui doivent uriner beaucoup.

Or, si on perd de l’eau par la transpiration et que l’on ne boit pas, l’organisme tend à retenir un maximum de liquides;

l’urine est émise en – grande quantité, ce qui favorise la formation de petits amas solides.

Chez les jeunes enfants, enfin, la perte d’eau par la transpiration entraîne rapidement une déshydratation car la surface de transpiration est + étendue par rapport à la quantité d’eau du corps.

Il faut donc veiller à donner de l’eau en supplément aux jeunes enfants soumis à des températures excessives.

Dans nos pays où les conditions d’hygiène sont la plupart du temps satisfaisantes, cela ne pose pas grand problème.

Il n’en est pas toujours ainsi et , dans certaines régions, on est souvent confronté à des situations où l’hygiène publique n’est pas satisfaisante.

L’eau risque alors d’être contaminée par des substances organiques, des microbes ou des virus.

Plusieurs solutions sont possibles : le choix devra être effectué en fonction des possibilités locales :

1/ On peut faire bouillir l’eau.

2/ On peut désinfecter l’eau en y faisant dissoudre certaines substances contenant du chlore telle que chlorazol, chloramizol ou chloramine à raison de 150mgr pour 20 litres d’eau.

Il faut, dans ce cas attendre 30 à 45 minutes avant de consommer l’eau.
Cette opération donne souvent un mauvais goût à l’eau, ce qui entraîne la méfiance.
Ces produits ne sont pourtant pas dangereux à doses adéquates.

3/ Si on prévoit une étape dans une région douteuse sur le plan de l’hygiène, on peut se munir de provisions d’eau dans des bouteilles hermétiquement fermées.


On peut enfin consommer de l’eau commerciale en bouteille, ce qui n’offre pas non plus toujours une garantie absolue.

4/ Enfin, on peut utiliser des filtres spéciaux, dits “bactériologiques”, qui suppriment tout risque de contamination par les microbes mais constituent une solution très coûteuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *