Enfants : Les semelles orthopédiques

Environnement : Pouvons-nous manquer d’eau ?
3 novembre 2012
Cuisine : Les confitures
7 novembre 2012

 

Un enfant a des pieds plats.  Que faire ? Faut-il ou ne faut-il pas lui faire porter des semelles orthopédiques ?

 

enfants,semelles,orthopédiques

 

Nombreux sont les enfants qui portent des semelles.  Cela ne va pas toujours sans problèmes : elles s’usent assez rapidement, et il est parfois nécessaire d’en faire refaire avant le laps de temps exigé pour qu’un remboursement soit accordé par la mutualité.

La plupart de ces semelles sont prescrites aux enfants dont la cambrure plantaire est un peu moins marquée que normalement, ou dont les talons ont une tendance à s’incliner, à “verser” en dedans.

Lorsqu’on compare l’évolution de cette sorte de pied, suivant que l’enfant porte on ne porte pas de semelles orthopédiques, on est bien forcé de constater qu’il n’est pas facile d’établir une différence tranchée. 

Ceci s’explique par le fait que le vrai pied plat – celui qui implique une déformation marquée du pied et qui est appelé, lorsque l’enfant sera devenu adolescent ou jeune adulte, à donner lieu à des douleurs et une invalidité considérables- est extrèmement rare.

Le “pied plat” dont on parle habituellement se corrige au cours du temps, sous l’effet du développement de la musculature de la jambe et du pied.


Mais alors pourquoi prescrit-on aux enfants autant de semelles dont la nécessité n‘est pas prouvée de façon absolue ?

Il faut comprendre que le prescripteur se trouve confronté avec une pression psychologique considérable : “on” porte des semelles, on a pris l’habitude de penser que bcp d’enfants sont justiciables d’un traitement de cet ordre.

De même, il est difficile, relativement, pour un médecin, de refuser de prendre une mesure thérapeutique souvent introduite par l’inspection médicale scolaire par exemple.  D’autres raisons peuvent également surgir et sur lesquelles il est tout aussi difficile d’intervenir.


Quelle est alors la réponse au problème ?

Elle est simple et se trouve dans la relation consultant – médecin : il suffirait que les parents de l’enfant insistent auprès du médecin pour lui faire comprendre qu’ils sont assez raisonnables pour accepter de s’entendre dire que le pied de leur enfant se normalisera au cours de la croissance et que l’on peut se passer de la semelle et de ses inconvénients.

Dès lors, la relation sera facilitée d’une part, et d’autre part un accroissement de confiance réciproque l’améliorera encore.




6 Comments

  1. patriarch dit :

    pas eu besoin chez nous… Bises et belle soirée.

  2. Mousse dit :

    Bonsoir ma belle,
    J’ai eu ce problème avec Thibaud, le médecin m’avait dit de ne rien faire, c’est vrai qu’il n’a plus rien.
    On fait dépenser beaucoup d’argent pour rien.
    les parents, comme tous les parents veulent le meilleur.
    J’étais septique, j’avais confiance en ce médecin, j’ai bien fait.
    Mon rhume va déjà mieux, j’avais trouvé en Ardèche un produit merveilleux, le “climarone”, ce sont des huiles essentielles, tu respires sur un mouchoir, hop, mon nez a cessé de couler, je suis déjà mieux.
    Je tousse encore, mais plus comme un vieux chien, ça va.
    Je te souhaite une bonne semaine, je t’embrasse.

  3. Maria Dora dit :

    Bonsoir et merci de ta visite , c’est trés intéressant cette histoire de semelles , j’en ai porté a un moment donné puis j’ai abandonné et je ne m’en porte pas plus mal , mais moi c’était suite a un acident du pied ! A bientot , bonne soirée , amitié !

  4. Mousse dit :

    Bonsoir ma belle,
    C’est avec grand plaisir et toute mon amitié que je passe te souhaiter une charmante soirée.
    Je t’embrasse bien fort.

  5. dom dit :

    Je porte des semelles orthopédiques, mais suite à un accident.
    Sans elles je ne peux pas marcher pieds nus …
    Bon mercredi
    Bisoux

  6. rené dit :

    Bonjour Cassandre
    Je te souhaite un très bon mercredi
    Nos amitiés bises de nous trois
    Qing&Sam&René

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *