Les chaussures : Le monde à nos pieds

Allez – Allez / African Queen & Promises
20 juillet 2021

Pas si superficielle, l’apparence.

Baskets, ballerines, stilettos ou bottes de motard….
Les choix de chaussures en révèlent bien + sur les personnes qu’on ne le croit…

1/ La personnalité :

Lorsqu’un styliste crée un nouveau modèle, il a en tête un type d’acheteuse potentielle.
Une sandale à haut talon sera portée par une personne féminine, avec un look plutôt sexy.

Une low boot à franges plaira à une fille du style Kate Moss.
Les créateurs avouent avoir toujours en tête une de leurs connaissances ou une célébrité lorsqu’ils mettent au point un prototype.

Car il est évident que les choix vestimentaires et esthétiques dépendent du caractère.
Certains traits + personnels peuvent également être dégagés.

L’anxiété, par exemple…
Ceux qui en souffrent sont, semble-t-il, + soucieux de leur apparence et donc de l’état de leurs biens.
Des souliers usagés mais sans taches sont portés par des gens méticuleux, et d’autres, colorés, par des jeunes.

Mais, + surprenants, les résultats montrent que les modèles pratiques appartiennent généralement à des personnes conviviales, ceux aux lignes anguleuses à des propriétaires + agressifs, et ceux + confortables à des calmes.
De fameux raccourcis mais qui s’expliquent aisément.

Le physique constitue la première information dont on dispose sur quelqu’un : à partir de celle-ci, on formule automatiquement des hypothèses pour savoir à qui on a affaire.
1x cette équation résolue à la va-vite, on peut alors dédier son énergie à interagir avec la personne concernée, ce qui fait gagner du temps.

Dans la vie quotidienne, on reconnaît implicitement l’existence de cet effet de primauté lorsqu’on cherche à faire bonne impression lors d’un recrutement, d’un rendez-vous galant, etc…


Dans cette lecture très visuelle du profil d’autrui, les détails qui semblent les + anodins , jouent aussi un rôle crucial.

Si on a de belles chaussures mais des chaussettes désastreuses ou des sandales avec des pieds mal entretenus, on laisse transparaître une certaine négligence.
Quelqu’un qui n’a pas enlevé le prix sous la semelle dévoilera, lui, le fait qu’il ne va pas au bout de son geste.

2/ Le moi idéal :

Le décryptage n’est pas si aisé qu’il y paraît car, à côté de ces  évidences un peu triviales, les souliers que l’on choisit, dépendent des habitudes culturelles ( la femme belge serait ainsi + encline à passer ses journées sur talons hauts que la Néerlandaise ) ainsi que des tendances de la sphère fashion…

Dès lors, il faut rester méfiant qd on analyse le “look plantaire” ..On est  tous de fieffés menteurs car on veut cacher son jardin secret.

L’apparence n’est donc jamais en adéquation exacte avec la personnalité.

Peut-être que les vêtements et accessoires, plutôt que de ressembler à leurs propriétaires, témoignent + de ceux à qui on veut ressembler !

Plutôt que de refléter qui on est, ils représenteraient qui on souhaiterait être…

Insistons sur l’importance de la mode : Kate Moss portant des bottes en caoutchouc, James Dean portant un jeans : transformer un vêtement de travail en une pièce culte.

 3/ Et les pieds ?

La communication non-verbale et la position des petons.
Les pieds apportent des infos sur la personne et son état d’esprit.

Depuis le + jeune âge, on apprend à maîtriser le visage, à arborer un sourire de circonstance, à cacher les émotions.
Par contre, on ne se concentre pas sur les pieds…qui trahissent dès lors le moindre petit stress.

Que peut-on observer concrètement ?

Si tout va bien, lors d’une discussion, les corps des protagonistes sont alignés.
Aussitôt qu’un inconfort apparaît, dans l’échange, un pied va s’orienter vers la porte.

Quelqu’un qui est assis croisera les jambes s’il est à l’aise : mais s’il voit venir un danger, il posera ses 2 pieds au sol, pour se préparer à la fuite.

De même, une femme, lors d’un rendez-vous galant, pourrait jouer avec ses escarpins sous la table.
Mais si elle voit poindre une contrariété, elle les remettra immédiatement.

C’est pour cette raison aussi que certains recruteurs préfèrent rencontrer les candidats dans un petit salon et non derrière un bureau qui peut masquer les attitudes.

Lorsque l’on marche :

La variation de la taille des pas est significative : de grandes enjambées peuvent souligner un état de stress ou de contrariété.

Le bruit est important aussi : des hommes qui portent de gros souliers de sécurité ou certaines dames qui claquent les talons pour s’affirmer.

C’est un peu comme les managers qui mettent un parfum + puissant qd ils montent en grade.

5 Comments

  1. Renée dit :

    instructive cet article on ne soupçonne pas ce que peuvent apprendre chaussures marche sur nous même. Ceci dit, avec lâge on choisit systématiquement le confort au détriment bien souvent de la beauté c’est bien dommage car pour ceux qui ne porte plus de belle chaussure le choix et hyper restreint rien n’est esthétique! Bisous

  2. Tu distingues beaucoup de choses sur la façon de se chausser. Il manque quelque chose: à partir d’un très grand âge, si one ne marche pas avec des charentaises, reste la basket la plus simple qui soit. Merci pour tes conseils, Gisèle

  3. des boots pour moi tout simplement …..être à l’aise…..!!! bonne soirée ….

  4. nays dit :

    hello Cassandre
    mince je n’avais jamais pris attention au look plantaire hé oui
    ce que je me souviens de mon jeune âge c’est d’avoir porté des semelles orthopédiques ☺☺ donc ma mère prêtait grande attention a ma marche ☺
    là maintenant y a plus que le confort qui compte

    bon WE Cassandre bisous et au tit Pirate ☺ ♥

  5. Renée dit :

    fort intéressant cet article c’est vrai que la position des pieds en dit aussi long sur la personne. Bisous douce semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *