Chez soi en maison de repos

Des rythmes de vie bien équilibrés pour mieux vivre.
30 mars 2022
Babymassage (2)
31 mai 2022

On repousse tous au maximum le moment d’entrer en maison de repos.

Pourtant, il arrive parfois qu’on ne puisse plus vivre seul.

Les tâches quotidiennes deviennent insurmontables.

Infirmière, repas à domicile, aide ménagère…tout cela ne suffit plus.

La maison de repos s’impose alors en toute logique mais c’est une décision difficile à prendre.

Toute une série d’instances et de professionnels sont pourtant prêts à aider la personne concernée et sa famille.

1/ La maison de repos, c’est quoi au juste ?

Le terme « maison de repos » désigne en fait 2 types d’établissements : la maison de repos pour personnes âgées (MRPA) et la maison de repos et de soins (MRS).

La MRPA est ouverte à toutes les personnes âgées de + de 60 ans.

Façon de parler car, dans la plupart des cas, on doit attendre que son nom figure en haut de la liste d’attente.

Or, les candidats sont nombreux puisque notre pays compte presque 2,4 millions de personnes de + de 60 ans : soit près de 20.000 en + chaque année.

La MRS s’adresse, en priorité, aux personnes qui ont un « degré de dépendance » + élevé.

Pour pouvoir déterminer ce degré de dépendance, u professionnel évalue les soins dont on a besoin sur la base de certains critères comme la capacité à se laver, s’habiller, se déplacer, aller à la toilette, manger et l’incontinence.

En termes techniques, on appelle cela un examen à l’aide de « l’échelle de Katz ».

Si on est considéré comme lourdement dépendant, on peut être admis dans une MRS.

Souvent, une maison de repos combine une MRPA avec quelques lits MRS.

Dans la pratique, la différence entre MRPA et MRS ne change pas grand-chose pour la personne.

Dans les 2 cas, on bénéficie des meilleurs soins, adaptés à sa situation.

En effet, le niveau d’autonomie sera testé au moment de son admission.

2/ + d’infos ?

-On trouvera une liste régulièrement mise à jour des maisons de repos reconnues par la COCOF ( région bruxelloise ) sur be.bruxelles / be chez vous

-Pour la Wallonie , surfer sur Wallonie familles santé handicap AVIQ / Portail santé

-Si on cherche un site très convivial , surfer sur les maisons de repos.

Infor-homes : pour des conseils personnalisés en Wallonie et à Bruxelles.

Pour Bruxelles : Infor-homes Bruxelles

Pour la Wallonie : Infor-homes Wallonie

3/ Conseil :

Ecrire toutes ses questions et ne pas hésiter à en discuter lors de la visite !

Demander également à faire un tour des lieux, comme ça on ne verra pas uniquement la réception.

Peut-être peut-on participer à une activité ?

Tâcher d’entamer une conversation avec un résident si possible.

On aura ainsi un avis venant de « l’autre côté ».

Se méfier toutefois des informations subjectives.

Enfin, demander le n° de téléphone et le nom d’une personne de contact que l’on peut joindre si on a encore des questions.

4/ Obligation alimentaire :

Le législateur oblige les membres d’une famille à la solidarité mutuelle au niveau financier.

En d’autres termes, on considère que les membres d’une famille doivent pouvoir se soutenir mutuellement au niveau financier.

Cette solidarité forcée s’appelle l’obligation alimentaire.

Un CPAS peut, sur la base de cette obligation, récupérer les frais engendrés auprès des membres de la famille.

Qui sont les débiteurs d’aliments ?

-Le/la conjoint(e)
-Les enfants et leurs conjoints ( = beaux-enfants )
-Les petits-enfants ( exceptionnellement )

L’obligation d’aliments n’existe pas entre les frères et soeurs, entre les oncles ou tantes et leurs neveux ou nièces.

En cas de divorce ou de séparation, l’obligation d’aliments ne s’applique pas aux ex-beaux-enfants.

Avant de décider de récupérer, le CPAS réalise une enquête sociale sur la situation financière des débiteurs d’aliments ainsi que sur le cadre familial.

La récupération auprès d’un débiteur d’aliments est possible à partir d’un revenu net imposable, majoré d’un certain montant pour chaque personne à charge.

En dessous de ce montant, le CPAS ne peut en principe jamais procéder à une récupération, à moins que le débiteur d’aliments ne dispose d’un bien immobilier ( en pleine propriété ou usufruit ) avec un revenu cadastral d’un certain montant.

Le revenu cadastral est alors pris en compte.

5/ Déroger aux règles :

Malgré toutes les dispositions légales en matière de pension alimentaire et de récupération, le CPAS peut décider seul de déroger aux règles dans des cas individuels.


Ainsi, le CPAS peut décider de ne pas récupérer ( la commune doit donner son accord ), de ne récupérer qu’une partie ou de récupérer dans des parts inégales ( par ex. un enfant paie plus que l’autre ).

Les motifs ou circonstances particulières qui jouent dans ces cas-là, doivent être expressément motivés dans la décision..

6/ Liste d’attente :

Les maisons de repos travaillent, pour la plupart, avec des listes d’attente, même si on doit être admis après une hospitalisation.

Le délai d’attente peut varier de 0 à 6 mois et il faut parfois même attendre un an avant d’avoir une place.

Dans certaines maisons de repos, seule la date de la demande compte et dans d’autres, l’âge et le degré de dépendance sont aussi des facteurs déterminants pour la date de l’admission.

Demander à la maison de repos de quelle manière elle gère les listes d’attente.

Dans une maison de repos, on bénéficie des meilleurs soins, adaptés à sa situation.

On paie les frais de séjour soi-même, les frais de soins sont remboursés.

10 Comments

  1. Renée dit :

    Oui décision difficile mais qui repoussée trop met la vie de la personne en danger malheureusement…C’est quelque chose a prévoir c’es certain. Bisous doux weekend

  2. honorius dit :

    Très intéressant, il est vrai qu’un jour ou l’autre on peut être confronter à cela. Bonne semaine à venir. Amicalement Biz

  3. LylouAnne🖋 dit :

    Un sujet qui n’est pas toujours facile à aborder mais ces maisons ont le mérite d’exister et de rendre de grands services aux familles.
    Ma grand-mère en a profité dans de très bonnes conditions.
    Merci Cassandre pour ce billet très documenté. Très bon week-end, bisous.
    Lylou

  4. nays dit :

    bonjour Cassandre
    en général la dernière demeure 🙁 pas évident du tout…mais bon..partout il peut arriver que le personnel ait « ses humeurs » pas facile tout ça

    passe un bon dimanche bisous et au petit Pirate ☺♥

  5. te souhaite une bonne journée ….

  6. Marylou dit :

    sympa d’être passé par chez moi. je te souhaite une bonne semaine

  7. chatou11 dit :

    Merci Cassandre d’avoir apprécié mon jardin. Ton billet est très intéressant car je sens concernée avec bientôt mes 79 ans. Je crois que vous êtes bien pourvus en Belgique.
    Au plaisir et bonne semaine.

  8. estrelita dit :

    Merci pour ton gentil com ,bonne continuation bisous

  9. chevrette13 dit :

    le tout est de trouver la bonne maison aussi bien pour la personne qui va y aller que pour la tranquillité de la famille
    bon weekend

  10. moqueplet dit :

    une idée que je ne peux concevoir maintenant, et pourtant il faudra peut-être qu’un jour je puisse y penser, ça m’effraie d’avance….passe une bien douce journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *