Films : Sur la Route de Madison et Bloodsport

 

 

1/ Sur la route de Madison :

 

 

sur_la_route_de_madison.jpg

 

 

 

Un bijou !

 

Un film de toute beauté, qui ramène le Clint Eastwood que l’on aime, celui d’Un Monde Parfait, le cinéaste sensible et généreux, capable d’émouvoir au travers d’une histoire simple.

 

En plongeant dans le roman de Robert James Walker, l’auteur d’Unforgiven a trouvé matière à une très belle rencontre :

celle, pleine de pudeur et d’émotion, entre un reporter photographe (le grand Clint) et une femme au foyer ( Meryl Streep).

 

Film tout en rigueur et sobriété, Sur la route de Madison est bien + que le (craquant) récit d’une magnifique histoire d’amour.

C’est un film sincère et émouvant, qui réussit même l’exploit de frôler le mélo sans jamais y succomber.

 

De la très belle ouvrage, qui fera le bonheur de tous les amateurs de belles histoires chargées d’émotion.

 

 

2/ Bloodsport et la collection Action :

 

bloodsport1.jpg

 

On passe d’un extrême à l’autre avec cette collection au titre très explicite puisqu’on y a droit à tout ce qui bouge, casse, cogne ou déménage.

 

Jean-Claude Van Damme y est, évidemment, fort à l’honneur…

Cyborg et Death Warrant, par exemple..

 

Et carrément le 1er film de notre compatriote : Bloodsport..

 

C’est très bête et très sanglant mais ça a au moins une qualité : ça permet de se rendre compte des progrès réalisés par l’acteur qui, à ses débuts, était vraiment exécrable.

 

Mais, à l’époque, on n’en demandait pas tant de “The Muscles from Brussels”.

 

 

 

Films : Célibataires, The Chamber et Cold Comfort Farm

 

 

Films a découvrir :

 

1/ Célibataires :

de Jean-Michel Verner, avec Guillaume Depardieu, Olivia Bonamy, Patrick Mille.

 

 

célibataires.jpg

 

Au moment où il décide enfin de se marier, Ben, 35 ans, se fait plaquer.

Le voici de nouveau au milieu de ses amis célibataires…

Un sujet de société qui tourne à l’amusante comédie de moeurs.

 

 

2/ The Chamber :

 

 

chamber.jpg

 

 

Chris O’Donnell a 28 jours pour sauver Gene Hackman de la peine de mort

Et personne, pas même Faye Dunaway, ne va l’aider.

Ce film de James Foley, est à nouveau une adaptation d’un roman de John Grisham, un auteur très apprécié à Hollywood.

 

 

3/ Cold Comfort Farm :

 

comfort farm.jpg

 

 

Le vétéran John Schlesinger a réalisé une satire romantique dans une ferme délabrée du Sussex.

 

Dans les années 1930, à la mort de ses parents, une jeune fille issue de l’aristocratie londonienne est forcée de s’installer dans la ferme de parents éloignés et découvre une nouvelle branche de sa famille, qui est la plus déjantée..

 

Ce film permet de retrouver l’absolument fabuleuse Joanna Lumley ( que j’adore ! ) baptisée, ici, Miss Smiling.

 

 

 

Films : Fauteuils d’orchestre et L’Ivresse du pouvoir

 

 

 

1/ Fauteuils d’orchestre :

 

 

fauteuils-d-orchestre.jpg

 

 

Si on est d’humeur chiffonne, cette comédie douce-amère est parfaite, elle nous entraîne sur les traces de Jessica (Cécile de France), jeune provinciale débarquée à Paris dans le quartier des théâtres de l’avenue Montaigne.

Depuis La Bûche, Danièle Thompson s’y prend comme un chef pour croquer un personnage.

 

Le film contient son morceau de bravoure au cours duquel Valérie Lemercier ( + allumée que jamais ) tente de convaincre un réalisateur de lui donner le rôle de Simone de Beauvoir.

 

Dans la salle, Suzanne Flon est hilare.

Et l’on se sent ému de la voir rire une dernière x ( le film lui est dédié).

 

 

2/ L’Ivresse du pouvoir :

 

ivresse.jpg

 

 

Qd Claude Chabrol s’amuse à cuisiner à sa façon un des + gros scandales politico-financiers, l’affaire Elf et ses dégâts collatéraux.

 

De l’humour et du brio avec un casting impeccable, Isabelle Huppert et François Berléand en tête.

 

 

 

Films : L’Appartement et Anna Oz

 

 

 

Vous souvenez-vous ?

 

1/  L’appartement : Un film que j’ai adoré !!

 

 

films,appartement,anna,oz

 

Max, sur le point de se marier, croit reconnaître la voix d’une femme qu’il a aimé jadis, Lisa.

Il part à sa recherche…

 

Premier long métrage de Gilles Mimouni, cette comédie sentimentale noire se déroule comme un thriller ( un thriller sans policiers ni coups de revolver )…

 

Vincent Cassel joue Max, Monica Belluci, Lisa, Jean-Philippe Ecoffey, l’ami d’enfance, Lucien et Romane Bohringer, Alice, l’amour sombre de Lucien.

 

 

 

2/  Anna Oz :

 

films,appartement,anna,oz

 

Anna rêve…mais depuis qq temps, ses rêves se suivent, d’une nuit à l’autre, comme les épisodes successifs d’une étrange histoire…

 

Anna a-t-elle réellement assisté à un meurtre ? A-t-elle un double a Venise ?..

Ce double cherche-t-il à la supprimer ?…

 

Et le rêve se transforme en cauchemar…

 

Charlotte Gainsbourg et Gérard Lanvin au générique de ce film d’Eric Rochant.

 

 

 

Films : Les Producteurs et Petites Confidences à Ma Psy

 

Coup de projecteur sur….Uma Thurman

 

 

kill bill.jpg

 

 

On a connu Uma Thurman en pyjama jaune de Bruce Lee, guerrière bondissante tranchant bras et jambes avec son coupe-coupe dans Kill Bill.

Des mois d’arts martiaux pour se préparer au rôle.

 

 

 1/ Les Producteurs, de Susan Stroman. 

Avec Nathan Lane et Matthew Broderick.

 

 

producers.jpg

 

 

Suédoise fofolle dans Les Producteurs, une comédie musicale déjantée made in Broadway d’après le survolté Mel Brooks.

Le film est un remake d’une pièce de Mel Brooks, dans la pure tradition de Broadway.

 

Uma est Ulla, une actrice carrément nulle au fort accent suédois. 

Dans ce film, Uma Thurman chante et danse, elle s’est entraînée intensément pour les chorégraphies et elle avait aussi 2 chansons à interpréter…

 

 

 2/  Petites Confidences A Ma Psy , de Ben Younger. 

Avec Meryl Streep et Bryan Greenberg.

 

 

confidences.jpg

 

Amoureuse fleur bleue dans Petites Confidences à Ma Psy, une comédie romantique qui fait mouche et qui fait rire…

Uma (35 ans) est Rafi, une working girl de 37 ans qui soigne sa crise post-divorce chez sa psy, avant de tomber raide dingue d’un post-ado craquant…qui se trouve être le fils de sa thérapeute. 

Belle, winneuse, et pourtant si seule , Rafi, une working girl fraîchement divorcée qui tombe amoureuse d’un jeunot ( Bryan Greenberg)  Mince alors !

 

Face à elle, une Meryl Streep à lunettes, parfaite dans le rôle d’une psy mère-poule juive. 

En psy coincée, Meryl Streep est impayable.  Comme d’hab.

 

 

 

Films : All Over Me et Syriana

 

 

Vous souvenez-vous ?

 

 

1/ Juste :

All Over Me :

 

 

films,all,over,me,syriana

 

 

2 adolescentes, qui n’ont pas de secret l’une pour l’autre, vont voir leur amitié secouée par l’irruption dans leur vie de 2 garçons et d’1 fille qui vont les révéler à elles-mêmes…

Sur le thème du passage de l’adolescence à l’âge adulte ( et l’éveil à la sexualité qui l’accompagne), la jeune cinéaste américaine Alex Sichel a réalisé une oeuvre rigoureuse et sincère, qui s’inscrit bien dans l’air du temps.

Chronique d’une amitié autant que portrait d’une génération, ce film témoigne d’une sensibilité et d’une justesse de ton et de propos assez peu communes.

A découvrir, donc

 

 

2/ OVNI :

Syriana, de Stephen Gaghan

 

films,all,over,me,syriana

 

Se remettre les idées en place.  Essayer de comprendre ce qu’on vient de voir.

Un thriller dans les arcanes du business pétrolier ?

Un procès à charge contre la C.I.A. ?

Un documentaire sur l’endoctrinement des jeunesses terroristes ?

Tout ça à la x ?

Si le spectateur est plutôt bien disposé au début du film (George Clooney et Matt Damon dans les coulisses du monde arabe!), il n’en mène pas large à la fin.

Rien n’est facile dans Syriana, une patate chaude produite et interprétée par George Clooney.

Ni l’imbroglio politico-industriel américain qui mène à l’assassinat d’un émir du Golfe, ni la faculté d’attention du spectateur face à ce pamphlet anti-capitaliste que l’on doit au scénariste de Traffic.

Le contenu politique est là, dans toute son impénétrable densité.

La forme “divertissement”, elle, est introuvable.

Mais le fait qu’un film aussi virulent puisse exister sous l’enseigne corporatiste de la Warner est en soi un tour de force.

 

 

Films : Complots et Le mariage de mon meilleur ami

 

 

Vous souvenez – vous ?

Spécial Julia Roberts :

 

 

films,complots,mariage,meilleur,ami

 

 

Avec Mel Gibson en taxi driver névrosé, elle tente de dénouer les fils très emmêlés d’une conspiration à laquelle on ne comprend pas grand-chose.

“Conspiracy Theory” de Richard Donner , développe le thème de la paranoïa de la conspiration.

 

 

mariage.jpg

 

 

Bcp + relax, ” Le mariage de mon meilleur ami”, offre à Julia un rôle en or et son + gros succès au box-office américain.

 

 

 

dermot.jpg

 

Réalisé par P.J. Hogan, cette comédie romantique est l’occasion de revoir le très craquant Dermot Mulroney et de se demander si c’est vraiment une bonne idée d’épouser son meilleur ami parce qu’on est toujours célibataire à 28 ans…

 

 

 

 

Films : Ca reste entre nous et Perdita durango

 

 

Vous souvenez-vous ?

 

 

1/ Ca Reste Entre Nous :

 

reste.jpg

 

1ère réalisation de Martin Lamotte. 

Celui-ci n’a pas cherché midi à quatorze heures :

Il a choisi un sujet passe-partout (les affres d’un homme amoureux de 2 femmes, qui tente de concilier 2 vies de famille) , l’a enrobé d’un cadre propice aux rebondissements (une réunion de famille) et mis en présence des comédiens amis (Sam Karmann, Catherine Frot, Zabou, Fanny Cottençon…).

Résultat : Une petite comédie, + poussive que réellement captivante. 

 

On retiendra pourtant de ce coup d’essai qq séquences chargées d’humanité, un sujet ( la dérive du couple) très actuel et l’abattage de comédiens jamais en reste malgré la faiblesse des personnages à défendre.

 

 

2/ Perdita Durango

 

 

films,ça,reste,entre,nous

 

 

Changement de registre avec ce road-movie né de la plume de Barry Gifford (l’auteur de Sailor et Lula ) qui nous met en présence d’un curieux couple (la pulpeuse Rosie Perez et le ténébreux Javier Bardem ) réfractaire aux lois et adepte de messes noires orgiaques.

Leur quête du grand frisson les poussera à kidnapper 2 ados…

Tout ce qu’il fallait pour inspirer l’Espagnol Alex de la Iglesia, qui avait déjà prouvé avec Accion Mutante et El dia de la Bestia que rien ne l’effrayait.

Effectivement : rien ne l’effraie, dans l’humour (noir) comme dans l’action (giclante).

C’est dire si cette turbulente balade n’est pas à prendre au 1er degré…