Psychologie : Déléguer

 

 

 

psychologie, déléguer,accumuler,responsabilités

 

 

 

Ne pas accumuler les responsabilités :

 

C’est incroyable ce que les femmes ont tendance à assumer les responsabilités d’autrui.

Elles font la valise pour leur homme qd il part en voyage d’affaires, elles font les devoirs des enfants, elles reprennent sans broncher le dossier d’un collègue “qui n’a pas le temps”…

 

Certaines fonctionnent même au chantage affectif : “Sans toi, je n’y serais jamais arrivé !”

 

Pq faire cela ?

 

Pour être bien vues ?  Erreur !

Pour être bien vue, la meilleure stratégie est de s’occuper d’abord de soi-même.

 

Soupeser ces sacs qu’on prend sur le dos chaque x qu’on accepte une responsabilité qui ne nous revient pas.

 

De quoi ployer et souffrir !

 

Lâcher ce qui ne nous appartient pas.

On ne peut avoir le contrôle sur sa vie….que si l’on s’occupe effectivement de sa vie.

 

 

 

 

Psychologie : Améliorer la communication médecin-patient

 

 

 

communication patient médecin.jpg

 

 

Avoir un bon contact avec son médecin, c’est primordial.

 

Qd tout va pour le mieux, tout va pour le mieux !

En contrepartie, on n’oublie pas les expériences malheureuses.

10 ans après, on se souvient encore de la rage, la stupeur ou l’abattement consécutifs à une consultation chez tel médecin qui…

Pas question ici d’erreur médicale, mais de “couacs” dans la communication.

Mais comme une relation se construit à 2 , voici qq mésaventures de patientes et les réactions et conseils du médecin.

 

1/ A chaque fois, certaines visites de patientes chez le généraliste débouchent sur un rendez-vous chez un spécialiste..mais pas pour chaque patiente…Pq une différence de traitement ?

 

Entre toujours et jamais, il y a un juste milieu…

Des examens complémentaires sont parfois nécessaires.

Dans certains cas cependant, le patient est tellement angoissé qu’il faut, pour calmer son angoisse, passer par des examens…”non indispensables”.

On essaie de l’éviter, de rassurer le malade autrement, mais ce n’est pas toujours possible.

Il ne faut pas oublier que ces personnes souffrent, moralement et physiquement, et qu’il faut prendre en compte leur souffrance.”

 

2/ L’impression qu’ont certains patients de s’être mal exprimés et donc de ne pas avoir été bien compris.

 

Oublier de dire certaines choses n’est pas bien grave.

En général, cela n’empêche pas de poser un diagnostic correct et n’altère pas la relation de confiance qui peut exister entre le patient et le médecin.

Pour éviter ce genre de problèmes, pq ne pas noter toutes les questions qu’on désire poser ?

De toute façon, si la question est importante, il est toujours possible de téléphoner, mais il faut éviter de le faire pour un rien car si tous les patients s’y mettent, la situation devient vite ingérable pour le médecin.

 

3/ Expliquer son problème sur le pas de la porte..Pq être mal reçu parfois ?

 

Au départ, les choses ne sont pas claires.

Le problème en médecine, c’est qu’il y a obligation de réponse (ne fût-ce qu’au téléphone par exemple ).

Parfois, ça tombe mal.

Dans ce cas, le médecin a pu croire que la personne veut une consultation gratuite.

Le mieux est de dire clairement : “Je sais que vous n’avez pas de consultation, mais voulez-vous bien me recevoir tout de même car j’ai un problème…”

Le médecin peut répondre clairement lui aussi…

Soit c’est une vraie visite payante, soit ( et ça arrive ) il lui est impossible de s’occuper de la patiente pour l’instant ( un enfant à surveiller, une soupe sur le feu…), mais il peut déjà jeter un coup d’oeil et dire ce qui est nécessaire.

Et l’autre personne aura compris pq il a peu de temps à lui consacrer.

 

 

 

Psychologie : L’attitude des alpha-girls (2)

 

 

girl.jpg

 

 

Attitude des alpha….

 

1/ Voir ses copines de fac ou d’enfance sans témoins.

 

2/ Etre agacée qd ses enfants ont un bouton ou des habits pas assortis.

 

3/ L’être encore + qd c’est leur père qui a un bouton.

 

4/ Collectionner les magazines de déco et d’art de vivre.

 

5/  Etre incapable de recevoir à la bonne franquette qq amis.

 

6/ Déchirer toutes les mauvaises photos de soi.

 

7/ Détester bosser avec des “nanas”.

 

8/ Adorer les potins très méchants.

 

9/ Etre jalouse qd des copains dégotent un super appart.

 

10/ Renâcler à filer ses bons plans fringues.

 

 

 

Psychologie : Les alpha-girls (1)

 

 

 

psychologie, alpha,girls

 

 

 

Dans le monde animal, l’alpha-girl c’est la femelle dominante. 

La chef de meute, la + costaude, la + féconde.

Les Américains se servent aussi de ce vocable pour désigner une espèce de femelles humaines en pleine expansion…

 

La femelle alpha est une délicieuse créature très répandue dans le monde animal.

C’est en général la chouchoute ou la complice du mâle dominant.

 

Chez les loups, par exemple, c’est la seule à avoir le droit de procréer.

Chez les chimpanzés ou les bonobos, outre qq privilèges (manger les meilleurs bambous, squatter les meilleurs endroits pour la sieste), elle peut pousser sa soif de pouvoir jusqu’à assassiner les petits des autres femelles.

 

Chez la fourmi, l’alpha est aussi la seule à assurer la reproduction dans sa fourmilière (une x le mâle éliminé après usage bien sûr).

Si une autre bestiole (dite bêta) s’avise de vouloir lui piquer son rôle, elle l’asperge de phéromones, une substance chimique répulsive paralysante qui pousse les autres fourmis  à la torturer.

On n’en finirait pas de trouver ainsi des exemples de camaraderie féminine…

 

Le mâle alpha animal a trouvé son équivalent dans le langage des psys pour qualifier les garçons qui n’ont de cesse  d’épater ( et de terroriser ) leurs congénères, en exhibant leur gros job, leurs gros biftons, leur grosse caisse, leur grosse bimbo.

 

Ou, + classe, tous ces hommes de pouvoir, séducteurs, à forte aura charismatique et sexuelle, qui mènent à la baguette hommes, femmes et enfants.

 

Et la femelle alpha ?

A-t-elle une petite soeur bipêde ? On est tentées de protester vertueusement.

Chez  les filles, dont il est quasi obligatoire aujourd’hui de vanter les”valeurs” de diplomatie, de conciliation, d’intuition, il y aurait des “monstresses” de cette espèce ?

 

 

L’alpha- girl, la terreur du collège :

 

L’expression est totalement homologuée aux Etats-Unis pour désigner ces furies de collège ou de lycée qui règnent sur une coterie de dauphines bluffées.

Le petit groupe distribue ses faveurs ou exclut les infortunées du cercle magique.

Il édicte les règles sociales et mondaines du lieu.

Et s’autoproclame arbitre des élégances non sans dispenser bons et mauvais points à ses congénères.

 

Qui est plouc, qui ne l’est pas ?  Le jean, sur ou dans les bottes ?

A-t-on le droit de faire de la natation ?  Le prof de philo, naze ou génial ?

Oukases,sarcasmes,rumeurs,trahisons, tout est bon pour asseoir leur suprématie et “sadiser” celles qui, pas trop bien dans leur peau à ce moment de l’adolescence, veulent bien se laisser faire.

 

L’essence de leur pouvoir ?

Un leadership (passager) dans des domaines qui comptent bcp à cet âge-là :

la 1ère à avoir des seins, des cheveux, des fringues mode ; la 1ère à sortir avec un alpha-boy, à savoir danser, conduire…

+ une science innée des techniques les + pointues de manipulation et de propagande..

 

 

Au top de l’élégance et de la réussite carnassière : Jackie O., l’icône alpha inégalée.

 

 

Psychologie : La psychothérapie

 

Résultat de recherche d'images pour "psychothérapie"

 

 

L’objectif d’une psychothérapie est d’améliorer son bien-être psychique en utilisant des méthodes psychologiques.

 

1/ Fini d’être stigmatisé :

 

La psychologie est probablement aussi ancienne que l’homme lui-même, même si le terme n’existe que depuis 4 siècles.

 

Ces dernières décennies ont vu se développer de manière prolixe le champ de la psychothérapie.

D’abord aux Etats-Unis où il est devenu commun d’avoir, outre sa baby-sitter, son psy attitré.

Chez nous, on n’y touche qu’avec des pincettes.

 

La croyance selon laquelle les psys, c’est pour les fous, est bien ancrée.

Cependant, fort est de constater que les mentalités changent…

 

Heureusement.  Fini d’être stigmatisé.

 

De + en + nombreuses sont les personnes qui font appel à l’aide d’un thérapeute, les unes pour se débarrasser d’une phobie, les autres pour passer un cap difficile.

 

2/ L’équilibre psychique :

 

Loin des clichés ou situations burlesques présentés dans les films “Psy”, ” Un divan à New York” ou “Mafia Blues”, que se cache-t-il derrière la psychothérapie ?

 

La psychothérapie est une méthode de traitement des souffrances psychiques par des moyens essentiellement psychologiques.

Selon la démarche utilisée, la psychothérapie cherche soit à faire disparaître une inhibition ou un symptôme gênant pour le patient, soit à remanier l’ensemble de son équilibre psychique.

Les critères de guérison varient également selon le processus psychothérapique et la théorie qui le sous-tend :

meilleure adaptation familiale et sociale, liberté intérieure et capacité d’être heureux + grandes, connaissance + fine de soi, de ses limites, de ses possibilités…

 

En d’autres termes, l’objectif d’une psychothérapie est d’améliorer son bien-être psychique en utilisant des méthodes psychologiques comme la parole par exemple.

Ces activités peuvent être complémentaires à d’autres interventions d’ordre médical ou éducatif.

 

 

Toutes les psychothérapies reposent sur une relation de confiance entre le patient et le thérapeute

 

 

Psychologie : Les couleurs : orange, jaune, bleu et vert

 

 

 

psychologie,couleurs,orange,jaune,vert,bleu

 

 

 

Orange :

Pour des joues vitaminées !

C’est la couleur des épicuriens qui a le pouvoir d’éveiller le plaisir, les sensations, par son influence anti-fatigue.

 

Jaune :

Vive le jaune !

Cette couleur attire le succès et le public pour ceux qui la portent.

Egalement porte-bonheur le jour des fiançailles en gage d’un amour solide et durable.

 

Bleu :

Rien qu’avec une touche de bleu sur les ongles on n’imagine pas que cette couleur, 5 ème du Chakra, symbolise la communication, l’expression de soi, la créativité, et la tranquillité.

 

Vert :

Symbole de l’équilibre, du renouveau, de l’amour, de l’acceptation et de l’harmonie.

 

Psychologie : La joie

 

 

 

psychologie,joie

 

 

Les gens de bonne humeur donnent + spontanément un coup de main aux autres.

Ils se montrent aussi + créatifs et prennent + facilement les décisions appropriées.

Leur gaieté les rendrait également + hardis.

 

Ce bien-être subjectif dépend surtout de 2 composantes : le degré de satisfaction et le vécu émotionnel.

 

Contrairement aux idées reçues, l’argent n’a pas une incidence si forte sur la joie de vivre que la santé et la personnalité.

Etre extravertie, stable émotionnellement et ouverte augmentent, en effet, les chances d’être heureuse.

 

Autres facteurs de bonheur : vivre en couple ou en famille, s’investir dans une activité correspondant à nos buts et à nos valeurs et bénéficier de soutien social.

 

 

Comment influencer le bonheur ?

En s’interrogeant sur les + grandes joies et sur ce qui pourrait nous rendre + heureuse.

Autre question à se poser : dans quelle mesure notre rêve est-il réalisable ?

Et que faisons-nous pour nous en rapprocher ?

 

 

 

 

Psychologie : Grosse ou maigre et bien dans sa peau (2)

 

 

psychologie,grosse,maigre,bien,peau

 

 

 

La plupart des gens ressentent la faim au moment des repas. 

Les maigres, quant à elles, disent souvent ne pas connaître cette sensation.

Et l’on ne sait pas si c’est dû à la physiologie de l’individu ou à des conditionnements précoces.

Certaines mères perfectionnistes essaient de deviner qd leurs enfants pourraient avoir faim et leur donnent à manger avant même que ce moment n’arrive.

Plus tard, ces personnes sont incapables de reconnaître la faim.

 

Si on mange avec plaisir en compagnie d’une personne aimée, cela signifie que dans la famille, les repas se sont bien déroulés.

C’est un phénomène fréquent. 

Les gens qui se sentent mal mangent trop ou pas assez.

Les maigres déprimées, elles, ne s’alimentent plus du tout.

 

Le mécanisme de restriction après des excès alimentaires est, en fait, physiologique. 

Jusqu’à 30 ans, l’individu opère naturellement un rééquilibrage de son poids.

Après avoir bcp mangé, on n’éprouve pas de très grandes faims, pendant un jour ou 2. 

Donc, on ne grossit pas.

 

Le + hallucinant canon de beauté actuel est d’avoir une poitrine opulente mais pas les hanches larges.

Rarissimes sont les femmes qui ont naturellement ce physique-là.

Les autres doivent porter des prothèses mammaires.

 

Manger peut apporter une compensation face à des frustrations.

La nourriture agit comme  un anxyolitique.

Il peut arriver que la recherche de l’autonomie d’un adolescent se joue sur le terrain alimentaire si ses parents ont été trop rigides ou si l’adolescent a craint de les blesser en se détachant d’eux.

Il peut, dès lors, être l’adolescent parfait dont rêvent ses parents à ceci près qu’il devient trop gros ou trop maigre.

 

Le préjugé anti-gros est fortement ancré.

Une étude, réalisée dans des jardins d’enfants, proposait un choix entre une poupée mince et une poupée ronde.

L’immense majorité des enfants optèrent pour la mince sans pouvoir expliquer ce choix.

 

Les kilos servent de bouclier.  C’est une description que font les personnes trop grosses lorsqu’elles se sentent fragilisées dans leurs relations avec les autres.

Il s’agit d’un mécanisme psychologique appelé contraphobique.

Si une personne est peu à l’aise dans ses rapports avec autrui sans qu’elle puisse se l’expliquer..en étant trop grosse, elle trouve une raison à son malaise.

Comme si elle choisissait elle-même le terrain sur lequel ses difficultés avec les autres apparaîtront.

 

Les thérapies ?

Toute la question est de savoir si l’origine d’un excès de poids réside dans des mécanismes d’opposition à la mère. 

Dans ce cas-là, une thérapie peut être bénéfique.

Tout dépend de la souffrance éprouvée.  Mais l’idéal est d’accepter son corps.

 

Les hommes n’assument pas toujours leur désir d’aimer des grosses.

Toutes les études démontrent, en effet, qu’un homme est mieux considéré par les autres hommes s’il est accompagné d’une belle femme.

Pourtant, il existe encore des hommes sensibles aux rondeurs et ayant suffisamment de maturité pour accepter les femmes comme elles sont.